• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La promenade

La promenade - Jessica Breeze

Quand je suis sorti de chez moi, j’ai entendu de la musique pour mariage qui provenait de la cathédrale située à deux blocs de ma demeure. Oui, nous sommes en mai, le mois où les prêtres commencent à être très occupés à célébrer des noces. La saison des mariages a officiellement commencé, et je vais entendre ce type de mélodie plus souvent pendant les mois à venir.

Aujourd’hui, nous sommes samedi, et j’ai une sortie prévue avec un ami. Il va amener son chien et nous allons nous promener. Il fait tellement beau que ce serait péché de ne pas en profiter. En premier lieu, nous irons à la vente de brocante de mon amie, qui offre des vêtements tellement beaux, que je ne peux pas refuser d’y aller. Par la suite, nous allons nous diriger vers le parc, et nous irons faire le tour du lac artificiel qui y a été construit, il y a belle lurette. C’est un très joli parc, entouré de grands arbres, et où les canards aiment attirer l’attention de ceux qui essayent tout simplement de manger leurs sandwichs, sans être dérangés. Mais ces petites bêtes sont tellement adorables, que personne ne peut résister la tentation de leur donner un peu de croûte de pain, qu’elles acceptent avec plaisir.

En arrivant, je vois que mon ami n’est pas encore là, alors je m’assis sur un banc pour l’attendre.  Il arrive seulement quelques minutes plus tard et je rencontre son chien, qui se nomme Maximus, pour la première fois. C’est un animal qui est vraisemblablement marqué par la vie qu’il avait avant de devenir l’ami pour la vie de Damien. On placote de tout et de rien : il se plaint de son nouvel emploi qu’il déteste en partie, car c’est un travail de nuit qui paie moins bien que son ancien poste ; moi, je lui mentionne que j’ai un litige qui traîne depuis trop longtemps.

On arrive à la vente de mon amie et, comme d’habitude, je me pâme devant les vêtements qu’elle offre.  Elle a autant d’articles pour hommes que pour femmes, alors je prends le temps de tout regarder. Damien circule plus rapidement que moi, et arrivé à la fin, il décide qu’il n’a pas envie de m’attendre debout. Un banc de parc installé non loin de là, lui sert d’endroit pour se reposer. Son chien se met à pleurer, car il voit un autre chien arriver, et il ne peut pas jouer avec lui.

Notre marche dans le parc a été très agréable, mais après seulement 45 minutes, j’avais envie de retourner chez moi. On s’est séparés à ce moment pour retourner dans nos demeures respectives.

 

The author:

author