• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le dentiste, c’est mon père

Le dentiste, c’est mon père - Jessica Breeze

Mon père, c’est un dentiste. Oui, celui qui parfois fait peur, ou faire mal aux gens, c’est lui. Il a son cabinet de dentiste et travaille activement. Il est d’ailleurs très populaire. Oui, c’est lui qui pourrait vous faire un nettoyage canal des dents Boisbriand, ou extraire une dent de votre enfant.

Vous vous êtes toujours demandé ce que faisait un dentiste, eh bien, laissez-moi vous raconter un peu son quotidien. Si ça vous intéresse, évidemment !

Tout d’abord, ça prend une formation.

Pour y arriver, c’est un niveau d’étude se déroulant sur cinq ans : incluant une année préparatoire après un test d’aptitude avant l’admission aux cours. Au Québec, on a le choix entre l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université Mc Gill. Mais en plus de tous ces pré-requis, il faut aussi être inscrit et détenir un permis de l’ordre des dentistes du Québec.

Tout un métier qui demande du doigté

Sans mauvais jeux de mots, il faut être extrêmement précis. Dans le cadre de métier, les dentistes, comme mon père, sont appelés à effectuer des chirurgies : pour de la reconstruction, de la correction, et même de la restauration. Et ces implications en plus de l’aspect technique vont tout de même demander un volet artistique. Oui, je vous jure ! Pensez par exemple au blanchiment de dents ou au ré-alignement d’une mâchoire. Bref, la créativité fait tout de même parti de ce métier, à leur façon. Il n’y a pas d’Armand Vaillancourt dans la salle, haha !

Et au quotidien, qu’est-ce que ça fait ?

Il y a évidemment l’examen des bouches après un bon nettoyage par l’hygiéniste dentaire. Ils vont évidemment réparer des dents et pratiquer des chirurgies buccales diverses. En somme, un dentiste ne s’ennuie pas. Du moins, pas mon père !

En espérant que je vous ai éclairé sur le métier de dentiste et que si vous pensiez le pratiquer, que ces informations vous inspireront. Mon père n’a jamais perdu de sa fougue et de son intérêt. Je suis certaine que si vous vous y plongez, ce sera le cas pour vous.

 

The author:

author